Fritz, le chat lubrique sous acid est de retour, 9 fois plus funky, 9 fois plus obsédé, et surtout 9 fois plus timbré que jamais !

Ce bon à rien de Fritz viens encore d'essuyer une scène de ménage, pour échapper à cette vie si trîste, il s'évade et s'imagine 9 vies plus psychédéliques les unes que les autres, où tour à tour il devient astronaute, conseiller du président Kissinger, ordonnance du Fuhrer, s'incruste à la Maison Blanche, se faufile dans Harlem, descend dans les limbes des enfers...

Cette séquelle de 1974, injustement ignorée, signée Robert Taylor, est une vrai merveille à tous les niveaux. L'animation est ici bien plus léchée que dans l'épisode précédent, et les péripéties toutes plus folles les unes que les autres se bousculent dans une tarantelle survoltée. On n'a donc guère le temps de s'ennuyer, et comble du sublime, une bande son diaboliquement jazz soul à gros grooves vient rythmer les meilleurs passages d'un épisode 100% funk street attitude.

 











 

INDEX